Les enjeux pétroliers sont fait, rien ne va plus !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Les enjeux pétroliers sont fait, rien ne va plus !

Message  Le Chaman le Dim 25 Mai 2008 - 21:07

Bonsoir,

Bientôt moins d'embouteillages en ville ? donc moins de pollution ! Non ça serait trop simple.

Le mécontentement croît dans le monde face à la hausse du prix de l'essence.

AFP - 25/05/2008 PARIS (AFP)

- Le mécontentement croît dans le monde face à la hausse des prix de l'essence dans la foulée de celle des cours du pétrole qui ont dépassé 135 dollars le baril cette semaine, manifestations et grèves se multipliant.

Les marins-pêcheurs français, qui ont obtenu de leur gouvernement des aides pour faire face à la hausse du prix du gasoil, ont fait des émules en Espagne et au Portugal.

Les marins pêcheurs espagnols ont annoncé une manifestation à Madrid à la fin mai et menacent d'arrêter la pêche en juin s'ils n'obtiennent aucune aide. "Nous demandons des mesures similaires à celles prises en France, avec des réductions de charges sociales ou d'impôts", indique José Antonio Suarez, responsable d'une association d'armateurs.

Au Portugal, les marins pêcheurs ont annoncé une grève pour le 30 mai. "Notre activité n'est plus rentable. En trois ans, nous avons supporté seuls les hausses des tarifs de carburant sans aucun soutien des pouvoirs publics", a affirmé le président des armateurs du port de Peniche (centre du littoral), Humberto Jorge.

Toujours en Europe, ce sont les chauffeurs d'autocars bulgares qui ont manifesté vendredi et menacent de faire grève. Le transport en autobus est très développé en Bulgarie (70% des passagers) en raison de ses prix compétitifs, alors que la population est la plus pauvre de l'UE, avec un salaire moyen de 285 euros.

Le prix du diesel (1,30 euro), y est actuellement plus élevé que dans neuf autres pays de l'UE, selon un tableau comparatif publié dans la presse hongroise.

Il reste toutefois inférieur à l'Italie (1,53 euro), les Pays-Bas (1,44), la Belgique (1,40), l'Allemagne (1,38), la Finlande (1,36) et la France (1,35), selon les chiffres pour la semaine du 18 au 24 mai rassemblés par l'Union internationale des transports routiers (IRU).

A Moscou, une centaine de manifestants se sont rassemblés samedi pour dénoncer la hausse des prix alors que la Russie se classe au deuxième rang mondial pour la production et l'exportation de pétrole. Des rassemblements similaires devaient avoir lieu dans au moins 47 villes du pays.

Un litre d'essence coûtait en moyenne 21,25 roubles (0,57 euro) en Russie au 12 mai et un litre de diesel 21,94 roubles (0,59 euro), selon des chiffres de l'office fédéral des statistiques Rosstat, soit une augmentation respectivement de 9% et 12,2% depuis janvier.

Aux Etats-Unis, pour la première fois depuis la crise du pétrole des années 70, les données du ministère des transports montrent que les automobilistes ont roulé 4,3% de moins en miles (1 mile = 1,6 km) qu'il y a un an.

Le prix moyen d'un gallon (3,8 litres) d'essence aux Etats-Unis atteignait 3,91 dollars cette semaine, en hausse de 21% sur un an, selon les chiffres de l'automobile club américain (AAA).

En Asie, de nombreux gouvernements réduisent les subventions qui leur permettaient de limiter la hausse des carburants.

Les autorités indonésiennes ont annoncé mercredi que leurs prix allaient très bientôt augmenter de 28,7%. "Il n'y a pas de garantie" que les prix ne seront pas encore augmentés, a déclaré le vice-président Jusuf Kalla. "Mais, une nouvelle fois, cela n'affectera pas les pauvres", a-t-il poursuivi.

L'Indonésie est le quatrième pays le plus peuplé de la planète et un producteur de pétrole. Pour compenser l'augmentation, le gouvernement envisage de distribuer 1,5 milliard de dollars d'allocations aux plus pauvres. Mais des milliers d'Indonésiens sont descendus cette semaine dans la rue pour exiger que le gouvernement renonce à la hausse annoncée.

En Inde, une hausse des prix est "inévitable" pour aider les entreprises publiques qui vendent les carburants à des prix largement subventionnés, a souligné le ministre du pétrole M.S. Srinivasan vendredi. Selon la presse indienne, l'augmentation pourrait dépasser 20% pour l'essence et 16% pour le diesel.


Avez vous relevez quelques inepties ? Non ? relisez....

Sinon, c'est comme le chien qui se mord la queue. Mais en plus, les pays de l'OPEP, sont des malins, non seulement ils diminuent leurs appovisionnement, volontairement, et en même temps les réserves diminuent, et surtout au Texas. Mais en plus je suis sûr qu'il y a des menaces "terrorristes" derrières... " Si t'achète pas mon pétrole, je t'envoie un kamikase..." ou autre chose...
J'avoue que je comprends cela, car je pense qu'il y a une résistance derrière tout ça face aux étasuniens qui ont l'intention de faire main basse sur certains pays producteurs, et qui le font déjà sur des pays dont on n'entend pas parler ex Venuzela, Guatemala... L'Iran étant le suivant dans la ligne de mire puisque 3ème pays producteur, mais suite aux prochaines élections...

Derrière cette flambée, qui risque d'exploser, il y a une guerre économique mondiale d'un coté, et de l'autre, beaucoup en tirent leurs épingles du jeu, en gros tous ceux qui se remplissent les poches à commencer par les gouvernements... qui pourrait pourtant diminuer les taxes, qui je le rappelle en france sont de 82%, une paille !

Donc le pic pétrolier, annoncer depuis plusieurs années et démentie façon conspirationisme, est bien là, et qu'avons nous fait pour nous y préparer ? .................... RIEN !
Et qui va morfler ? je, tu, il, nous, vous.................. Non pas, ILS, ......, eux de toute façon, ont prévus leur coup !!!
avatar
Le Chaman
Modo

Messages : 814
Date d'inscription : 05/01/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://laresource.forum-actif.info/index.htm

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum