Au pays du Sucre....

Aller en bas

Au pays du Sucre....

Message  Le Chaman le Mer 8 Juil 2009 - 7:32

... le pétrole n'est pas roi.

Une grande nouvelle, en espérant qu'il n'y aura pas un coup d'état ou une saloperie du genre, organisé par ceux qui en sont devenus pro depuis une 50aines d'années...


L'Equateur renonce à exploiter le pétrole du Yasuni

QUITO ENVOYÉE SPÉCIALE - Le Monde - 07/07/2009

Sous la jungle, du pétrole. Faut-il l'exploiter pour assurer le développement d'un petit pays comme l'Equateur ? Faut-il le laisser sous terre pour préserver la forêt amazonienne ? La "révolution citoyenne" promise par le président de gauche Rafael Correa se veut verte : Quito vient de confirmer sa décision de ne pas exploiter les 920 millions de barils qui couvent sous le parc Yasuni. Mais le gouvernement équatorien espère une compensation financière de la communauté internationale.

Entretien Patricia Gualinga : "La proposition du président Correa n'est pas sincère"
"Alors que le réchauffement climatique est devenu une priorité mondiale, nous allons éviter l'émission de 410 millions de tonnes de CO2 dans l'atmosphère, en laissant le pétrole sous terre", explique Roque Sevilla, président du conseil de direction de l'initiative Yasuni-ITT - du nom des trois champs pétroliers Ishpingo, Tambococha et Tiputini. Une délégation équatorienne est venue en Europe, en Allemagne et en Grande-Bretagne, notamment à la mi-juin, pour présenter le projet.

SERVIR DE MODÈLE

Le protocole de Kyoto s'est fixé pour objectif la réduction des émissions de dioxyde de carbone. L'Equateur veut faire reconnaître la valeur de la "non émission". L'idée est d'émettre des certificats de garantie Yasuni (CGY) et de les faire accepter sur le marché des certificats de réduction d'émission de carbone (CER). Au tarif du jour, la non exploitation de Yasuni pourrait rapporter plus de 5 milliards de dollars (3,6 milliards d'euros).

Le parc Yasuni est une réserve inégalable de biodiversité : "1 000 espèces d'arbres dans toute l'Amérique du Nord, 1 000 espèces d'arbres par hectare du parc Yasuni", résume M. Sevilla. Ce parc s'étend sur 950 000 hectares de forêt à la frontière péruvienne.

Outre la richesse de sa flore et de sa faune, il abrite deux des derniers peuples isolés de la planète. Les Tagaeri et les Taromenane, déjà menacés par les trafiquants de bois, ne survivraient sans doute pas à l'arrivée des forages et des derricks.

Les compagnies pétrolières jurent, elles, que les techniques propres permettent de réduire au minimum l'impact environnemental de l'extraction du brut.

En 2007, M. Correa avait présenté aux Nations unies une première version de l'initiative Yasuni, en forme "d'ultimatum écologique". Pour ne pas exploiter son pétrole, l'Equateur exigeait de la communauté internationale une compensation annuelle équivalente à la moitié du manque à gagner estimé pour le pays, soit 350 millions de dollars pendant treize ans. Les Etats ne se sont pas bousculés au portillon pour payer. Seul le Parlement allemand a montré un réel intérêt en votant une motion.

Depuis, l'Equateur a adopté une nouvelle Constitution qui reconnaît des droits à la nature. Le prix du baril s'est effondré. Et Quito a peaufiné sa proposition, grâce aussi à des études de faisabilité financées par les Européens. "L'Equateur renonce une bonne fois pour toutes à exploiter le pétrole de Yasuni", martèle M. Sevilla. Toute idée de marchandage ou d'ultimatum a disparu. Mais la volonté d'obtenir une compensation demeure.

Il est vrai que les réserves du Yasuni représentent 20 % des réserves certifiées de brut du pays. L'Equateur, qui a réintégré l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP), produit 500 000 barils par jour. Le pétrole fournit plus de la moitié de ses exportations et plus du quart des recettes de l'Etat. L'argent obtenu de la vente des CGY sera versé sur un fonds géré sous contrôle international. Il permettra de financer la politique écologique du pays et le développement social de l'Amazonie.

La reforestation d'un million d'hectares en trente ans est inscrite au programme, ainsi qu'une stratégie d'économie et de substitution d'énergie - pour assurer, notamment, la mise en valeur des ressources géothermiques de ce pays andin riche en volcans. Selon le gouvernement, ces programmes devraient permettre d'éviter plus de 1 000 tonnes d'émission de CO2.

En décembre, à Copenhague, l'Equateur espère servir de modèle. "L'initiative Yasuni pourrait servir de projet pilote pour renégocier et perfectionner le protocole de Kyoto", affirme M. Sevilla, ancien maire de Quito, patron de la plus grande entreprise de tourisme du pays et écologiste. "Quand, en 1989, l'organisation Natura que je dirigeais ici a proposé le premier rachat de dette équatorienne contre nature, pour un montant de 10 millions de dollars, tout le monde nous a traités de dingues. Cela a marché", rappelle-t-il, enthousiaste.

Marie Delcas



.... Les compagnies pétrolière jurent d'etre propres.... MDR, c'est comme EDF qui fait de l'énergie verte en y incluant le nucléaire..... Gaffe à pas vous laisser piéger par des slogans publicitaires mensongés !!!

En tous cas, mon soutien à l'Equateur en espérant qu'ils tiennent bon face aux lobbies et autres pressions internationales....

_________________
Entre Esprit et Matière http://geobiotique.over-blog.com/
avatar
Le Chaman
Modo

Messages : 814
Date d'inscription : 05/01/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://laresource.forumotion.com/index.htm

Revenir en haut Aller en bas

Re: Au pays du Sucre....

Message  Admin le Sam 11 Juil 2009 - 11:15

J'avais lu cette new et j'avais failli la mettre sur le forum moi aussi!
Les grands esprits... Wink

Oui, j'ai trouvé que pour une fois, un gouvernement avait les "couilles" de tenir ses engagements d'un point de vue respect de l'environnement.
C'est suffisamment rare pour être souligné.
Bravo à l'équateur...
Si seulement d'autres pays pouvaient enchainer sur cette résolution.

Ce qui me fait frémir personnellement, c'est la prospection dans les zones froides du globe.
Déjà que la banquise recule de façon exponentielle, alors si les enfoirés prospecteurs font sauter des mètres cubes de glace à grands coups d'explosifs et cie, ça ne va pas aider l'équilibre fragile de cette zone à se maintenir. Avec les répercussions que cela aura sur le climat, les courants régulateurs thermiques des océans, etc.

A force d'essayer de pomper toutes les ressources de la planète, ces individus là finiront par rendre la Terre exsangue. Le jour où celle-ci se mettra réellement en colère, ça va faire mal. Très mal.

_________________
Chercheur de vérité
avatar
Admin
Admin

Messages : 492
Date d'inscription : 04/01/2008
Age : 45
Localisation : 04

Voir le profil de l'utilisateur http://la-source.forumpro.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Au pays du Sucre....

Message  Le Chaman le Dim 12 Juil 2009 - 14:30

... Ne serions-nous pas dans la 6ème extinction !!?

Un pays que l'on peut souligner aussi, est le Costa Rica..... Ce pays n'a pas d'armée professionnelle ni d'amateurs.... Au profit, de son territoire protégé par la transmutation en Parcs Naturels.... Wink bounce I love you Je crois que cela représente les 3/4 du pays...
2 pays et faut croire que d'autres suivront. Montrer un exemple simple et efficace sans ce soucier de la vis avec une fin rapide du système planétaire.... Capitaliste.
Mais sans doute allons nous vers un autre pire !!!! Alors il faut agir dès maintenant....
Les Maldives aussi protègent bien leurs iles.... Seulement 90 sont habitées sur 3000 petits paradis... 70 sont pour les autochtones et 30 pour le tourisme...

_________________
Entre Esprit et Matière http://geobiotique.over-blog.com/
avatar
Le Chaman
Modo

Messages : 814
Date d'inscription : 05/01/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://laresource.forumotion.com/index.htm

Revenir en haut Aller en bas

Re: Au pays du Sucre....

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum